• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Bioprotection préventive de la tomate par les symbioses mycorhiziennes

Actionner les processus de protection naturelle des plantes, en particulier lorsqu’ils sont souterrains et donc invisibles, est un challenge extrêmement complexe. Parmi ces processus : les symbioses mycorhiziennes qui résistent face à une grande diversité de bioagresseurs. Le projet REACTION s’est appuyé sur une démarche participative pour concevoir des outils de partage de connaissances et faire émerger un panel de pratiques agricoles actionnables par les agriculteurs.

Spores de champignon endomycorhizien. © Inra, LOPEZ L.
Par Marie Chave
Mis à jour le 09/11/2017
Publié le 09/11/2017
Mots-clés :

Marie Chave, comment vous est venue l’idée de ce projet REACTION ?
Dans le sol, milieu extrêmement complexe et opaque, les racines des plantes subissent en continu les assauts de nombreux bioagresseurs : bactéries, virus, nématodes, champignons phytopathogènes etc. Malgré ce « champ de bataille » souterrain, les plantes se développent. Quelles sont leurs stratégies de défense ? Qui sont leurs alliés et comment les mobilisent-elles ? Comment actionner ces processus pour la santé des cultures ? Quels sont les freins et les leviers à l’adoption de pratiques agricoles basées sur la valorisation de telles régulations naturelles ? sont les questions qui ont conduit à l’émergence du projet.
Si les mécanismes de résistance, une fois l’agresseur détecté, sont de mieux en mieux activés dans les stratégies de gestion de la santé des cultures, les mesures préventives, d’interaction avec d’autres organismes sont encore peu connues.
Parmi les micro-organismes alliés, nous avons choisi de focaliser nos travaux sur les champignons mycorhiziens : ils constituent des symbioses avec une très large gamme de plantes hôtes (80% des plantes cultivées) et leur effet bioprotecteur partiel a été démontré vis-à-vis d’une importante diversité des bioagresseurs. Très peu connus des agriculteurs, car invisibles à l’œil nu, ils sont présents dans la plupart des sols et actionnables par la grande majorité des pratiques agricoles : choix et succession des variétés, travail du sol, apports d’intrants etc.

Concrètement, comment avez-vous travaillé et avec qui ?
Afin de co-concevoir des stratégies de gestion préventive dans ce contexte de complexité et d’incertitude, nous avons bénéficié de l’expertise de Valérie Angeon, chercheuse en économie, sur les démarches participatives. Agronomes, écologues du sol et phytopathologistes ainsi que partenaires professionnels et agriculteurs de différentes régions : Martinique, Guadeloupe, Guyane et Provence ont contribué à l’élaboration d’un dispositif collectif cognitif, nommé MYMYX, visant à partager des connaissances et à co-concevoir des innovations basées sur les symbioses mycorhiziennes. MYMYX associe une méthodologie de recherche participative basée sur un outil pédagogique (jeu de plateau) et une réflexion prospective.

Quelles sont les conclusions de cette étude ?
Le partage de connaissances (scientifiques, profanes, expertes), poursuivi dans le projet SYSTEMYC (PSPEcophyto) a permis la constitution d’une bibliothèque de plus de 150 propositions de pratiques mobilisables par les agriculteurs pour valoriser les symbioses mycorhiziennes. Chacun peut y trouver des solutions à adapter à son propre contexte. Des innovations technologiques (pré-mycorhization de plants en pépinière) ou organisationnelles (association d’agriculteurs pour la production de mycorhizes) sont actuellement à l’étude. L’outil MYMYX, fait aujourd'hui l’objet d’une reconfiguration avec différents partenaires de l’enseignement et du conseil agricoles (projet SMaCH MYMYX Impact, 2017-2019).

Spores de champignon endomycorhizien. © Inra, LOPEZ L.

En savoir plus

> Contact : marie.chave@inra.fr ; valerie.angeon@inra.fr
> Responsable : Marie Chave
> Participants : V Angeon, JL Diman, C Djian-Caporalino, A Dufils, A Lefèvre, G Loranger-Merciris, H Ozier-Lafontaine, B Perrin, M Ponchet, M Tchamitchian
> Partenaires : Fredon Martinique, Chambre d’agriculture (CA) Guyane, CA Guadeloupe, Association BioSavanne
Pour en savoir plus : www.smach.inra.fr
http://www.sad.inra.fr/Toutes-les-actualites/Mymyx-un-jeu-pourconcevoir-des-innovations-agroecologiques
http://www.inra.fr/Entreprises-Monde-agricole/Resultats-innovationtransfert/Toutes-les-actualites/culture-maraichers-agroecologiques
http://transfaire.antilles.inra.fr/spip.php?article209

Résultats du projet REACTION, présenté au séminaire SMaCH du 10/11/2017