Comprendre et prédire les épidémies de pourriture grise dues à Botrytis cinerea. Vers un système d’alerte des risques épidémiques

Le projet COPAIRNIC est une première étape vers la mise au point d’un système d’alerte de risques épidémiques de pourriture grise en France. Pour cela il faut définir des indicateurs permettant aux agriculteurs de moduler la protection des cultures en fonction des risques de pourriture grise et construire un prototype de modèle de prévision. Les connaissances restant à acquérir pour transformer le prototype en outil opérationnel ont été identifiées.

Conidiophores de Botrytis cinerea portant des conidies ou spores dont la structure caractéristique est en arbuste. Coloration au bleu Cotton. Observation au microscope optique.. © Inra, FOUCHARD Marc
Mis à jour le 29/09/2017
Publié le 25/01/2017
Mots-clés :

Christel Leyronas, pourquoi avez-vous choisi de surveiller la pourriture grise ?
La pourriture grise, provoquée par le champignon pathogène Botrytis cinerea, affecte plus de 400 espèces de plantes, dont certaines ont un fort intérêt agronomique et économique (vigne, tomate, fraise, laitue…). Le contrôle de la maladie repose majoritairement sur l’utilisation de fongicides. Ces traitements pourraient être réduits tout en maintenant une protection efficace si leur application était limitée aux situations à risque. Il faudrait pour ceci disposer d’un outil de prévision épidémiologique prenant en compte la présence effective et l’abondance des spores du champignon dans l’air. En effet, la maladie est essentiellement propagée par ces spores, qui sont disséminées par le vent et peuvent être transportées d'une plante à une autre ou sur de grandes distances. Le monitoring de l’inoculum aérien à l’aide de capteurs spécialisés permet de quantifier l’inoculum en un point donné mais il est chronophage et coûteux. Nous avons donc choisi de construire un modèle de prévision de l’abondance de spores de B. cinerea dans l’air. Pour que celui-ci puisse être transformé un jour en outil opérationnel, nous avons interrogé des agriculteurs et des conseillers agricoles pour examiner comment ils pourraient faire fonctionner un tel modèle en pratique.

Avez-vous réussi à anticiper l’arrivée de la pourriture grise ?
Grâce au projet Copairnic nous avons bien progressé, même si il n'y a pas encore d’outil opérationnel. Le projet nous a permis de mûrir la réflexion sur la construction d’un tel outil, et notamment sur l'intérêt de coupler notre modèle de prévision avec du monitoring d'inoculum dans des zones ciblées. Il nous a aussi permis d'identifier quelques verrous techniques qui entravent encore le développement d'un outil opérationnel. Il nous manque notamment des connaissances sur la charge et la décharge des masses d’air en spores tout au long de leur trajet et des progrès technologiques restent nécessaires pour la mesure des flux de spores entre les couverts végétaux et les masses d’air.  

Qui va profiter des retombées de vos recherches ?
Lorsque l’outil sera opérationnel, les conseillers  agricoles et les agriculteurs pourront être avertis des risques épidémiques et adapter la protection de leurs cultures en fonction du niveau de risque. Cela évitera des traitements inutiles et cela permettra de mieux positionner les traitements (bio-contrôle ou chimiques) lorsque ceux-ci seront nécessaires.
La démarche originale engagée sur la pourriture grise grâce au Métaprogramme SMaCH revêt un aspect générique et pourrait être transposée, à terme, à d'autres bioagresseurs à dissémination aérienne.

Conidiophores de Botrytis cinerea portant des conidies ou spores dont la structure caractéristique est en arbuste. Coloration au bleu Cotton. Observation au microscope optique.. © Inra, FOUCHARD Marc

En savoir plus

> Contact : christel.leyronas@inra.fr
> Responsables : Christel Leyronas, Olivier Martin
> Participants : Marc Bardin, Arnaud Dufils, Philippe Nicot, Samuel Soubeyrand, Marc Tchamitchian
> Partenaires : Christophe Roubal (Draaf Paca)
> Pour en savoir plus : www.smach.inra.fr

Résultats du projet COPAIRNIC présentés au séminaire SMaCH du 10/11/2017